2012

LES VIOLONS DE FRANCE | CLASSIQUE | FRANCE

LES VIOLONS DE FRANCE | CLASSIQUE | FRANCE

PRÉSENTATION

Créé en 1995 par le violoniste Frédéric Moreau, l’orchestre à cordes « Les Violons de France » s’est très rapidement imposé comme l’un des plus prestigieux orchestres français.

Le succès immédiat remporté par l’orchestre dès ses premiers concerts vient non seulement de la qualité exceptionnelle de ses interprétations, mais aussi d’une réelle complicité entre ses musiciens. Ils se sont en effet regroupés autant pour leurs qualités artistiques et humaines, que pour leur passion à partager l’amour de la musique avec un très large public.

Les musiciens des « Violons de France » sont régulièrement amenés à jouer en soliste avec l’orchestre, et sont lauréats des plus hautes distinctions dans leurs spécialités respectives.

L’orchestre « Les Violons de France » interprète les chefs d’œuvre du répertoire, et adapte de nombreuses partitions à la virtuosité de ses solistes.

Pour le répertoire symphonique, les instruments de l’harmonie et les percussions se joignent aux cordes pour former l’Orchestre Philharmonique d’Ile de France.

L’orchestre « Les Violons de France » est invité dans de nombreux festivals, effectue chaque année une centaine de concerts dans les plus prestigieux sites parisiens (La Madeleine, la Tour Eiffel, la Sainte Chapelle, St Séverin, St Julien le Pauvre,…), ainsi que de nombreuses tournées.

Reconnu dans le monde entier, l’orchestre a été invité en 2004 au prestigieux « Celebrity Concert Series » (USA), ainsi qu’au Gardner Concert Hall de Salt Lake City (USA).

Conscient de son rôle social, l’orchestre « Les Violons de France » apporte régulièrement son soutien à des actions et des organismes humanitaires (APEI, ADAPEI, Rotary Club, Lions Club, « Art Works for Kids », etc…).

L’orchestre se consacre également à la formation musicale des jeunes par l’intermédiaire de spectacles éducatifs thématiques dont l’aspect à la fois ludique et pédagogique, remporte un vif succès auprès des enfants, des enseignants et des parents.

L’orchestre « Les Violons de France » a participé à une cinquantaine d’enregistrements dans des formations allant de la musique de chambre au symphonique et dans différents styles (classique, musiques de film, musiques de scène, variété, musiques du monde…).

PROGRAMME
De par ses multiples configurations allant du trio à cordes à l’orchestre symphonique, l’orchestre « Les Violons de France » couvre un très vaste répertoire (baroque, classique, romantique et contemporain).

L’orchestre élargit sans cesse son répertoire et favorise la création musicale par des commandes à de talentueux compositeurs. (par exemple Eric Lochu en 2004, Dominique Miscopein en 2005, etc…).

L’orchestre a également développé un répertoire spécifique grâce aux nombreuses transcriptions et arrangements de Frédéric Moreau et de Nicolas Bieri.

Lors de ses concerts, l’orchestre réserve une grande place aux œuvres concertantes et lyriques. L’orchestre accompagne ainsi régulièrement des œuvres pour violon, alto, violoncelle, piano, orgue, flûte, hautbois, clarinette, trompette, basson, artistes lyriques, chanteurs, chœurs, etc…

W.A. Mozart : Petite musique de nuit

Antonio Vivaldi : Les quatre Saisons

J.S. Bach : Concerto pour violon en la mineur

J.S. Bach : Concerto pour violon en mi majeur

Bach : Aria

J.S. Bach : cantate 147 « Jésus que ma joie demeure »

J.S. Bach : concerto pour 2 violons

Arcanjelo Corelli : Concerto pour la nuit de Noël

P.I. Tchaïkovsky : Sérénade pour cordes

Benjamin Britten : Simple Symphony

répertoire non exhaustif

PARCOURS FRÉDÉRIC MOREAU

Lauréat de concours internationaux et titulaire des premiers prix à l’unanimité de violon et de musique de chambre du Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris, Frédéric Moreau a étudié le violon principalement auprès de Jean Fournier, de Régis Pasquier (en 3ème cycle), de Yehudi Menuhin et de Tibor Varga (en Master-Class).

Invité dans de nombreux festivals et dans de prestigieuses salles de concert, Frédéric Moreau totalise plus d’un millier de concerts en soliste.

Fondateur de l’Orchestre de chambre Les Violons de France et de l’Orchestre Philharmonique d’Ile-de-France, Frédéric Moreau se consacre à ces formations avec lesquelles il effectue chaque année une centaine de concerts en tant que soliste et chef d’orchestre, et pour lesquelles il a adapté un répertoire où la virtuosité violonistique occupe une place importante.

Avec une centaine de concerts par an, Frédéric Moreau totalise plus d’un millier de concerts en soliste.

Invité dans de prestigieuses salles de concert et de nombreux festivals (parmi lesquels : Radio-France Montpellier, Paris, Uzès, Festival des Abbayes, Pristina International Contemporary Music Festival Kosovo, « Bellini » Italie, Madeleine Festival USA, Celebrity Concert Series USA, « Printemps français » Ukraine, etc…), Frédéric Moreau captive par ses interprétations, son charisme et son enthousiasme, un public fidèle tant en France qu’à l’étranger.

Il effectue ainsi régulièrement des tournées en France, aux Etats-Unis, en Allemagne, Autriche, Belgique, Espagne, Grèce, Italie, Kosovo, Norvège, Portugal, Suisse, Ukraine.

VIDEO

ACTUALITÉ

Créé en 1995 par le violoniste Frédéric Moreau, l’orchestre à cordes « Les Violons de France » s’est très rapidement imposé comme l’un des plus prestigieux orchestres français.

Le succès immédiat remporté par l’orchestre dès ses premiers concerts vient non seulement de la qualité exceptionnelle de ses interprétations, mais aussi d’une réelle complicité entre ses musiciens. Ils se sont en effet regroupés autant pour leurs qualités artistiques et humaines, que pour leur passion à partager l’amour de la musique avec un très large public.

Concert à la Madeleine
date | samedi 1 septembre
heure | 20:00 – 21:30
lieu | place de la Madeleine Paris 8ème (plan)
Programme|
Les Quatre Saisons de Vivaldi
Sérénade et Ave Maria de Schubert
Le Canon de Pachelbel
Alléluia de Mozart
Saint-Saëns : Le Cygne [Solo de Violoncelle extrait du Carnaval des Animaux]
La Chanson de Solveig [Extrait de Peer Gynt de Grieg]
Massenet : La Méditation de Thaïs [Solo de Violon de l’Opéra Thaïs]
Orchestre Les Violons de France
Violon Solo : Frédéric Moreau
Cécile Besnard, Soprano

Read More

FOCUS | MP LANDIS | NEW YORK

FOCUS | MP LANDIS | NEW YORK

FOCUS

M P Landis’s work is a palimpsest of the processes, materials and emotions of his existence.

He has collaborated with musician Tom Abbs, visual artists Paul Bowen and Bert Yarborough, writers Nick Flynn and Fred Schmalz, and many others.

M P Landis has taught at the summer workshop program at the Fine Arts Work Center in Provincetown, MA. He is a Creative and A&R Consultant for Northern-Spy Records.

His work is represented in many private and public collections, including the New York Public Library, the Peabody Essex Museum, the Bowdoin College Museum of Art, the DeCordova Museum, the Naples Museum of Art, and the Provincetown Art Association and Museum.

Before moving to Brooklyn in 1996, he lived year-round in Provincetown, MA, and spent his childhood traveling around the world with his Mennonite missionary parents.

[Voir le site de l’artiste]

PARCOURS
SOLO EXHIBITIONS
2011
accidental landscape and architecture, Farm, Wellfleet, MA

2010
Cask Hoops, Four11 Gallery, Brooklyn, NY
SX Series, Marfa Arts, New York, NY

2009
SELLOUT: a studio liquid(install)ation, m55 Art, Long Island City, NY
Cask Hoops, Battell Block Building, Middlebury, VT
M.P. Landis, The Gallery @ 85 North Street, Bristol, VT

2008
M.P. Landis, Brooklyn 2002-2006, Infantree Gallery, Lancaster, PA
M.P. Landis, Project Room, Corridor Gallery, Brooklyn, NY

2007
Another, 55 Mercer Gallery, New York, NY

2006
Monk Work, 55 Mercer Gallery, New York, NY

2003
New Paintings, 55 Mercer Gallery, New York, NY

2002
Blue, 55 Mercer Gallery, New York, NY

2001
(One), Carlo Alessi, New York, NY

2000
New Paintings, TJ Walton Gallery, Provincetown, MA
Warehouse Drawings, Virgilio Sierra, New York, NY

1999
Studio, DNA Gallery, Provincetown, MA

1998
(Healing) Force, DNA Gallery, Provincetown, MA

1997
(Await), DNA Gallery, Provincetown, MA
Rise, Second Street Gallery, Charlottesville, VA

1996
(Silence), Gallery 349, Provincetown, MA

1995
Moving, Gallery 349, Provincetown, MA
M.P. Landis, Provincetown Paintings: 1990-1995. Provincetown Art Association and Museum,
Provincetown, MA

1994
New Matter, Gallery Matrix, Provincetown, MA

1993
Painting Out Loud and a Series of Black Sheep, Gallery Matrix, Provincetown, MA

1992
One Big Question and a Little Jazz, Gallery Matrix, Provincetown, MA

1990
Words, Makeshift Salon, Provincetown, MA
General Delivery of a Sentence, Abattoir Gallery, Worcester, MA

RECENT SELECTED GROUP EXHIBITIONS
2011
Physical Graffiti: 13 artists transforming time & materials, James Oliver Gallery, Philadelphia, PA
sq/ft remix: 1999-2011 and group exhibits, Gallery Ehva, Provincetown, MA
Provincetown and Beyond, Provincetown Art Association and Museum, Provincetown, MA

2010
New Work, Gallery Ehva, Provincetown, MA
Paper/Process, Higgins Art Gallery, West Barnstable, MA

2009
L.I.F.E. in the Abstract, Cahoon Museum of American Art, Cotuit, MA
Digression From The Recession, Compound Projects, Malibu, CA

2008
U(r)-Bahn, Fountian Miami 2008, Miami, FL
Scottish Landscapes (collaborations with Michael Sanzone), 532 Gallery, New York, NY
Reload, m55 Art, Long Island City, NY
PROCESS: exhibition in progress, 532 Gallery, New York, NY
Paper, The Schoolhouse Gallery, Provincetown, MA
Art by Writers (collaborations with Nick Flynn), The Gallery at Castle Hill, Truro, MA

2007
The Studio Wall, The Schoolhouse Gallery, Provincetown, MA
VERN: Behind Closed Doors, The Tahoe Gallery, Sierra Nevada College, Incline Village, NV

2006
VERN: Inner Spaces/Outer Limits, Walker’s Point Center for the Arts, Milwaukee, WI
TransFormal TransFormAll, Broadway Gallery, New York, NY
VERN in HEAT, 55 Mercer Gallery, New York, NY
VERN: Free Transposition, Hamburg, GE
On Paper: Geraldine Cosentino, M. P. Landis, Daniele Robbiani, The New York Law school, New York, NY
Transvisual, The New York Law School, New York, NY
On Paper: Geraldine Cosentino, M. P. Landis, Daniele Robbiani, St. Francis College, Brooklyn, NY

2005
Archaeology: Josh Dorman and M.P. Landis, John Raimondi Gallery, Boston, MA
Jim Forsberg and M.P. Landis, Beauregard Fine Art, Rumson, NJ
Interjacent, I-5 Gallery, Los Angeles, CA
PaperAwesome!, Pigman Gallery, San Francisco, CA
Group Show, Silas-Kenyon Gallery, Schoolhouse Center, Provincetown, MA
Mass Transit: Vision Festival X, Synagogue for the Arts Gallery, New York, NY
Triage: Paul Bowen, M.P. Landis, and Bert Yarborough: Individual and Collaborative Work,
55 Mercer Gallery, New York, NY

2004
Three-Person Show, Silas-Kenyon Gallery, Schoolhouse Center, Provincetown, MA
SONYA, Robert Lehman Gallery at Urban Glass, Brooklyn, NY
M.P. Landis and Stoyko Sakaliev, Peng Gallery, Philadelphia, PA
VERN in the Mirror, Colectivo Espejo 5, Madrid, Spain

2003
Three: Paul Bowen, M.P. Landis, and Bert Yarborough: Individual and Collaborative Work,
Battelle Harding Gallery, Greenfield, MA
M.P. Landis and Marian Roth, Silas Kenyon Gallery, Schoolhouse Center, Provincetown, MA

2003-1990
Various Juried Exhibitions, Provincetown Art Association and Museum, Provincetown, MA

2002
Group Exhibition, Silas Kenyon Gallery, Schoolhouse Center, Provincetown, MA
Crossing Boundaries and Textures, Seventh Annual Vision Festival, The Center,
New York, NY

2001
Jim Forsberg and M.P. Landis, Robyn Watson Gallery, Provincetown, MA
Offspring, BHMS Gallery, Brooklyn, NY

2000
Small Work, selected by Charlotta Kotik, BWAC, Brooklyn, NY
LandEscape, Dieu Donné Paper Mill, New York, NY
Les Seifer and M.P. Landis, Carlo Alessi, New York, NY
Pier Show 8, BWAC, Brooklyn, NY
Collection of the Provincetown Art Association and Museum, National Arts Club,
New York, NY
Square Roots, curated by Ladd Spiegel, Cecilia de Torres, Ltd., New York, NY

SELECTED COLLECTIONS
Bowdoin College Museum of Art, Brunswick, ME
The Butler Institute of American Art, Youngstown, OH
Cape Cod Museum of Art, Dennis, MA
DeCordova Museum, Lincoln, MA
Naples Museum of Art, permanent collection, Naples, FL
Nassau County Museum of Art, Roslyn Harbor, NY
New York Public Library: Miriam and Ira D. Wallach Division of Art, Prints and Photographs, New York, NY
Peabody Essex Museum, Salem, MA
Provincetown Art Association and Museum, permanent collection, Provincetown, MA

GALERIE

Read More

FOCUS | KIM SU THEILER | NEW YORK

FOCUS | KIM SU THEILER | NEW YORK

FOCUS | KIM SU THEILER | NEW YORK

VIDEO | INSTALLATION

Propos d’Artistes présentera les travaux de l’artiste américaine à l’occasion d’une exposition exceptionnelle organisée à Paris, au cours du 1er semestre 2012. A découvrir prochainement !

« But after all the specific attraction of a journey lies not in our being able to alight at places on the way and to stop altogether as soon as we grow tired, but in its making the difference between departure and arrival not as imperceptible but as intense as possible, so that we are conscious of it in its totality, intact, as it existed in us when our imagination bore us from the place in which we were living right to the very heart of a place we longed to see, in a single sweep which seemed miraculous to us not so much because it covered a certain distance as because it united two distinct individualities of the world, took us from one name to another name… » Marcel Proust from Place-Names : The Place

In the specific Place-Names | NYC envisages a post 9/11 NYC of work and snow filled places that will be covered over by towers, memorials and concrete.

 

Four distinct video pieces come together for the first time to create a modest narrative of a young girl abandoned in an orphanage at four, moves to NEW YORK CITY, travels to the eternal city, ROMA, and returns to her place of origin, SEOUL

[En savoir plus sur l’artiste]

Read More

KATRIN BREMERMANN | GALERIE EXIT ART CONTEMPORAIN

KATRIN BREMERMANN | GALERIE EXIT ART CONTEMPORAIN

Galerie exit art contemporain
Dark night, good sex and peanuts
peintures, gravures, collages

Exposition du 20 janvier au 24 février 2012

du lundi au mercredi sur RDV
jeudi et vendredi de 11h à 19h | samedi de 16h à 19H

61, rue du château
92100 Boulogne Billancourt
M° Boulogne Jean Jaurès

http://www.exit-art.fr/

Du 20 janvier au 24 février 2012 , la galerie exit art contemporain présente une sélection d’oeuvres de l’artiste Katrin Bremermann.

«  Les peintures de Katrin Bremermann rappellent parfois des scripts abstraits, des plans d’évasion essayant de guider le spectateur à travers le labyrinthe de son environnement.

L’alternance de confrontations visuelles, les zooms sur des objets et des espaces élaborent une mosaïque entre mémoire et imagination.
Les oeuvres de Katrin Bremermann sont comme des bribes d’une démarche ni abstraite ni narrative.
Peut-être s’agit-il d’une absence de démarche, en correspondance avec l’envie de l’artiste de nous laisser voyager?Les thèmes choisis, à partir de matériel photographique, ont tous en commun leur banalité. L’inconsistant et l’insignifiant deviennent sujets, et cette prise de conscience de l’anodin nous étourdie alors devant sa charge.

Les aplats, les éléments géométriques (laqués, mats, fondus ou épais), superposés à des visions réelles, remplissent la toile de force et lui donnent le mouvement qui dirige l’œil ». [Texte Galerie exit art contemporain]

Katrin Bremermann est née en 1965, à Brême. Cosmopolite, elle a présenté ses travaux au Canada, aux États-Unis, en Allemagne ainsi qu’en France. Elle vit et travaille à Paris.

[EN SAVOIR + SUR L’ARTISTE]

SITE DE L’ARTISTE


Read More

EXPOSITION | LAURENT LE BOURHIS |SUBMERSIVE

EXPOSITION | LAURENT LE BOURHIS |SUBMERSIVE

SUBMERSIVE
Installation | Laurent Le Bourhis
LES GRANDS TERRAINS – MARSEILLE

02 févr. 2012 _05 févr. 2012 |18h-22h
vernissage mercredi 01 févr. à partir de 18h

Les Grands Terrains
laboratoire artistique
8 rue vian – 13006 marseille
Accés Metro 2 – Notre-Dame-du-Mont
+33(0)9 54 20 15 85
bienvenue@grandsterrains.fr

Les trois installations présentées par Laurent Le Bourhis aux Grands Terrains [Avant Après, Réplique et Blue Screen of Death ] proposent des conjonctures bouleversées, combinées de métamorphoses, d’oublis, d’accidents. Les chocs en retour occasionnés, potentiels, involontaires, inéluctables, deviennent le point de convergence de ces pièces. Le temps de l’exposition est alors une manière d’apprivoiser le catastrophique, pour en fin de compte lui donner une place centrale.

Le sursis qui caractérise ces propositions, du simple fait que l’accidentel est toujours lié au temps, permet au public de leur adjoindre ce qui est propre à chacun – son mouvement et sa temporalité – et de compléter ces installations par les perturbations qu’il peut générer.
[Blue Screen of Death (détail) ]

BLUE SCREEN OF DEATH est un album photo panoramique, une étendue face à laquelle le mouvement répond à l’absence, un désert saturé d’images banales et personnelles comme le sont les albums numériques en ligne desquels sont extraites ces images avant leur transformation par le procédé Polaroïd. Le déplacement du visiteur-voyeur, sa trajectoire générée par son désir de rétablir un ordre chronologique ou sa simple curiosité apparaît comme une réaction physique à ce qui n’est pas exposé : le laps de temps entre 2 prises de vues d’un même individu. Les images, précises et identifiées, demeurent toutefois insignifiantes et ne proposent que des indices, des points de repère à partir desquels la reconstitution du parcours d’une vie inconnue peut s’engager, reliant les images entre elles en une chorégraphie de la disparition.

« Blue screen of death » est un terme issu du langage informatique. L’écran bleu – fatal – s’affiche dans trois cas : une panne matérielle, un défaut de conception du logiciel, ou une infraction aux lois du système d’exploitation.

AVANT APRES [2011]
adhésif blanc / white tape | dimensions Variables
Une installation basée sur la propagation, la contagion et in fine la disparition. S’offre au premier regard les traces d’un effondrement a priori inscrit dans un passé plus ou moins proche, une déstructuration dont seuls quelques assemblages encore intacts permettent de concevoir la globalité de l’édifice d’avant. Les fragments recouvrant le sol ou certaines parties de l’espace sont déplacés involontairement par les allers et venues des visiteurs. En perpétuelle transformation, l’œuvre adopte une forme et une taille différente à chaque instant, étendant toujours davantage son territoire. Une dilatation passive. Il n’est alors plus question d’œuvre immuable mais d’un organisme possédant son propre mode de déplacement, utilisant l’humain comme vecteur de mutation. Cette altération collective de l’œuvre laisse à chacun le soin de l’interpréter comme une destruction ou une simple métamorphose.

Des milliers de pièces, réalisées une à une, composent la structure et s’approprient l’espace. La qualité adhérente du matériau utilisé pour chacune des pièces constitue le moteur par lequel est possible l’expansion de l’œuvre. Enfin chaque élément adhésif est un emballage, un résidu, une mue [exuvie] laissant apparaître le vide laissé par le corps qui a servi à la créer.

REPLIQUE [2011]
BOIS, FLEURS ARTIFICIELLES, FLEURS FRAICHES, OBJETS, MÉCANISMES
Au départ il y a l’accident, le choc originel qui transforme en quelques secondes un espace ordinaire, un bas coté, en un lieu singulier, éternellement unique. Bien qu’ensuite ne demeure à cet emplacement aucune preuve, aucun corps, aucune trace de l’événement, un processus d’entretien de mémoire, fortement symbolique, rejoue des répliques de l’impact.

Le déplacement d’éléments empruntés aux mémoriaux de bord de routes vers un point de convergence – l’espace d’exposition – où le cumul de charge émotionnelle, contenue dans chaque bouquet, dans chaque objet entraînerait une série de micro accidents , de contrecoups, de chutes inopinées et dérisoires en comparaison de la violence de la collision initiale.

LAURENT LE BOURHIS

Le travail plastique de Laurent Le Bourhis est protéiforme et mouvant. Puisant librement aussi bien dans l’histoire de l’art classique – ses natures mortes et ses vanités – que dans l’imagerie contemporaine et son flot de clichés médiatiques, ses œuvres proposent, sous formes de sculptures, d’installations ou encore de performances, des décadrages et recadrages transformant les objets, matières ou événements qui leur servent de support. Basée sur l’observation de ce qui est en devenir ou gestation dans les choses, attentif à ce qui advient, le travail n’hésite pas à laisser aller les choses, à leur donner leur propre mouvement et autonomie, créant ainsi une série de sculptures mobiles et vivantes.
Laurent Le Bourhis vit et travaille à Marseille et Paris
www.laurentlebourhis.com / laurent@transverso.com

Ateliers/showrooms : Marseille 6e – 5 rue Vian / Paris 11e – Naxos Bobine, 135 rue de la roquette

Prochainement exposition au CPR de Brooklyn, NY – automne 2012

[EN SAVOIR PLUS SUR L’ARTISTE]

Grands terrains est un laboratoire sous la forme d’une coopérative artistique, culturelle et sociale. Ses espaces et les compétences de tous y sont mutualisés pour soutenir les projets multidisciplinaires et transversaux visant à réévaluer l’incidence de chacun dans la création contemporaine. Les grands terrains sont portés par label marseille

Une collaboration labelmarseille et Naxos Bobine, en partenariat avec le Champagne Chochina

Read More

LI FANG | EXPOSITION | GALERIE CLAIRE GASTAUD

LI FANG | EXPOSITION | GALERIE CLAIRE GASTAUD

Galerie Claire GASTAUD

Exposition du 28 janvier au 10 mars 2012

Vernissage samedi 28 janvier 2012
de 15 à 20 heures en présence de l’artiste

7 rue du Terrail | 63000 Clermont-Ferrand | France | Tel. 00 (33) 4 73 92 07 97
Horaires d’ouverture 14h / 19h  mardi -samedi
www.claire-gastaud.com

Du 28 janvier au 10 mars 2012 , la galerie Claire Gastaud présente une sélection d’une vingtaine d’oeuvres récentes de la peintre chinoise Li Fang.

Pour sa deuxième exposition personnelle à la galerie Claire Gastaud et après avoir exposé ses oeuvres aux Etats Unis, en Europe et en Asie, Li Fang a réalisé une série d’huiles sur toile ses toiles d’après des instantanés saisis lors de ses voyages à Londres, Pékin, Venise, New York et Paris qui seront présentées jusqu’au 10 mars.

On retrouve dans ses toiles sa réappropriation très personnelle de la peinture à l’huile, à la fois forte et fragile, avec des à-plats marqués, geste sûr, sans atermoiement, et un étirement de la matière jusqu’à un voile infime de couleur d’où la lumière semble irradier. Grâce à cette technique, Li Fang crée des toiles figuratives à l’impact visuel abstrait. On est subjugué par le prisme des formes autant que par le sujet traité.

L’oeuvre de Li Fang est également à part par son regard sur les métropoles contemporaines et leurs instantanés anonymes et banals. Sans doute, son regard, en tant que non occidentale, filtre-t-il différemment notre quotidien et sa part d’étrangeté nous révèle ainsi d’autres angles de notre réalité. Et, en même temps, il y a dans les postures de ses « passants » une vérité physique et universelle sur nos corps d’homo sapiens urbain.

A travers ses différentes séries, Li Fang saisit les paradoxes de notre époque qui passe de la fébrilité passagère au désoeuvrement, de la foule à l’intimité, du mouvement au repos. Au fil de ses voyages, elle brasse des atmosphères multiples de Londres, Pékin, Venise ou Shanghai mais s’abstrait du décor pour se concentrer sur les silhouettes, les attitudes, les rencontres-juxtapositions.

A l’occasion des cette exposition à la galerie Claire Gastaud, Li Fang présentera et dédicacera le jour du vernissage son premier catalogue » Peintures récentes « .

[EN SAVOIR PLUS SUR L’ARTISTE]

[VOIR LE SITE DE L’ARTISTE]

Read More

facebook marketing