2011

LAURENT LE BOURHIS

LAURENT LE BOURHIS

DEMARCHE

Laurent Le Bourhis débute son parcours artistique par une série intitulée Installations dramaturgiques, soient des performances réalisées par le public, avec sa collaboration, voire à son insu (public séduit dans Bellewue, public politisé captif dans Des livres dans le décolleté).
Il crée par la suite des vidéos, sculptures, performances, installations, des scénarii basés sur l’idée de détournement de geste et sur le (re)positionnement physique et critique du visiteur. L’installation demeure un axe important de son travail.
Il fabrique des vanités contemporaines, interactives et recyclables. Les aspects récurrents de son travail sont l’action du temps, à la fois insidieuse et délibérée pour Dresses, la métamorphose à laquelle on assiste dans Hermopolis ou que le visiteur orchestre dans 1-0, la destruction, souvent suivie d’une renaissance – Oh My God, ainsi que des tentatives de reconstruction – Innominé ou de conservation – Procession. On retrouve des boucles alternant destruction et reconstruction : les coques de cire de Caviar retrouveront exactement leur forme à partir de leur propres débris pour une nouvelle performance. Ses oeuvres interrogent le temps de l’acte créatif puis perceptif et certaines sont de fait indéfiniment en cours de réalisation et très souvent en expansion (Procession, Spamaps, 0$). La décomposition des matériaux, son incidence sur la forme, ou alors le principe d’accumulation, modifient chaque pièce de façon inéluctable. Les traces des différents états sont conservées et constituent une histoire sensible des oeuvres.

Laurent Le Bourhis a été amené très tôt à considérer et ressentir l’espace à travers ses volumes et ses étendues (depuis l’agence d’architecture jusqu’aux scénographies événementielles) ainsi l’espace est particulièrement à l’oeuvre dans Caviar et Ça a commencé comme ça . Ces propositions sont intrinsèquement liées aux espaces de (re)présentation : chaque unité – coque ou os de cire – est à la fois œuvre et partie de l’oeuvre.

Il fonde naxos bobine en 1996, un lieu pour la performance situé à Paris, qu’il dirige pendant dix ans.

Il développe depuis 2005 le label Transverso un travail d’installations lumineuses de grandes dimensions  – en collaboration avec des architectes internationaux. Il y déploie les qualités d’apparente fragilité de structure et l’accumulation d’éléments qui caractérisent sa démarche artistique.

PARCOURS

Laurent Le Bourhis est né en 1967. Il vit et travaille à Marseille et à Paris.

Il est diplômé des Beaux-Arts de Marseille (DNAP et DNSEP)  en 1991.

Il débute son parcours artistique en 1997. Il crée sa série Installations dramaturgiques à naxos bobine – espace d’essais artistiques à Paris, et y présente de 1997 à 2001 : Bellewue, Des livres dans le décolleté, Chez nous / Solo, ces deux dernières en partenariat avec le Ministère de la Culture. Toutes sont des oeuvres interactives, jouant sur la transformation des espaces, mêlant travail des matières et performance.

Dresses est présentée à Paris en 2003, successivement dans le cadre Vendôme Luxury Live dans un loft rue Charlot puis au VIA (Valorisation de l’Innovation dans l’Ameublement). Par la suite, à Bucarest (Roumanie) en 2005 à l’invitation de l’UNICEF, puis pour l’inauguration de l’Hôtel d’Evreux place Vendôme à Paris en 2004, et au Festival de Cannes en 2005.
Dresses
est une pièce d’une nouvelle manière et premier geste d’une démarche qu’il poursuit aujourd’hui encore. Il s’agit d’une oeuvre sur l’état de robes de papier transformées par l’action du temps.

A l’invitation de Il faut brûler pour briller  (plate-forme internationale de performances) il crée Caviar, une installation performative, qu’il présente à l’Hôtel Le Meurice, à Paris en mars 2008.

Dans le cadre d’une résidence au Watermill Center (dans les Hamptons, NY), lieu dirigé par Bob Wilson, il réalise et présente la video Dead End en mai 2008.

Il collabore avec Christophe Haleb et la Cie La Zouze pour une intervention plastique dans la performance Evelyne House of Shame, présentée au Festival de Marseille (2009), à Paris dans le cadre du Festival Jerk Off (2010).

Une tournée de Evelyne House of Shame en Amérique latine et centrale se prépare :  de janvier à avril 2012 au Chili, en Colombie, au Honduras et au Costa Rica.

Parallèlement à son parcours de plasticien Laurent Le Bourhis intervient auprès d’agences d’architecture, réalise des décors pour le cinéma, des scénographies pour le théâtre et la danse (en France, en Belgique, au Mali, aux USA). Il est depuis 2004 à l’occasion des Fashion Weeks parisiennes le designer d’espace du salon Vendôme Luxury.

GALERIE

Read More

JOSE MAN LIUS

JOSE MAN LIUS

DEMARCHE

textes & publications

De la signalétique au signal éthique | (projet photo-vidéo)

Signalétiques urbaines, expérimentations In/Ex SITU d’objets sculptures disposés dans une agglomération. Mais aussi l’extension grâce à une trame scénaristique de la réalisation de photomontages, de “polaroïds”, de diaporama, d’intégration d’affiches dans des espaces publicitaires, tout cela sous-tendu par des expériences narratives et sorte d’happenings qui permettent d’investir aussi bien des lieux publics que privés, dans une finalité de détournement. Tout cela provoque un questionnement, un déconditionnement, une orientation-désorientation, des codes sémantiques de l’art.  Hans Ulrich Obrist. Curator / M A M V 2005

2003-2006 : Installations & prototypes autour du langage des signalétiques urbaines
2003 : Atelier Cuzin | Parcours signalétique. 226 voies sans issues
2005 : AFFA : De KYOTOPOLIS à TOKYORAMA

Publication Bathroom Manners | Jean-Claude Kaufmann, éditions Jannink. 2005
José Man Lius a collaboré à la publication de Bathroom Manners, une histoire photographique et artistique de la salle de bain illustrée par de grands photographes et des jeunes artistes. Ce huis-clos est la chambre d’écho formidable au travail sur l’enfermement. José Man Lius est artiste, à la fois professeur dans une école de design graphique et responsable de développement dans une agence photo. Entre pub et art il s’efforce de constituer un univers qui lui est propre. Sa participation à l’ouvrage collectif Bathroom Manners (éd. Jannink) est l’occasion de confronter son travail sur la salle de bain à ceux d’Araki, Bettina Rheims, Bernard Plossu, Willy Ronis, Pierre & Gilles et beaucoup d’autres.

PARCOURS

DIFFUSION TV // BROADCAST TV

Groupe M6. Clip Cosmobrown. 2008/2010.
MTV Asie. (Chine, Singapour, Malaisie …). 2009.

CONCOURS, BOURSE, RÉSIDENCES // COMPETITION
Appel à création. concours fondation Watermann (UK). .2011.
Appel à création. concours fondation schneider. 2010.2011.
Appel à création. Quai Branly. 2010
Appel à création. SCAM. écritures poétiques numériques. 2010/2011
Sélection LFDA (La Force De l’Art) – Dailymotion. Grand Palais. France. 2009
Pré-sélection. Bourse Villa Kujyama. Kyoto. AFAA 2005.

EXPOSITIONS COLLECTIVES // GROUP EXHIBITIONS
Bienale D’Issy. Musée de carterie. Curator. Chantal Mennesson. 2011.
Vidéoforme. Clermont ferrand. Jury : Mona Bentzen – Wim Lambrecht – Martine Markovits. 2011.
Les instants vidéo poétiques. Commissariat Marc Mercier. Marseilles/Lartigue. 2010.
Festival Music Video Art. Heures Exquise. Lille. 2010.
Vidéo Appart. Paris. Rome. Dubaï. 2010.
Galerie Dialogos. Paris. 2010.
Galerie15 – Tour&Taxis. Bruxelles. 2010.
Espace-art22. Bruxelles. 2010.
LFDA (La Force De l’Art). 2009.
Défi Expo. Batimat. avec la participation de Sam Voltolini, Claude Arto, Eizo Sakata, Young Hee KANG, Isis Bi… Paris. 2007.
Hype Gallery HP. Palais de Tokyo. Paris. 2006
Atelier Christophe Cuzin avec la participation de Sebastien Levassort, Pierre Douaire, Oswaldo Gonzales… Paris. 2004
Migros. Lausanne avec la collaboration du Musée d’Art Brut de Lausanne. 1 9 9 5
“HYPE”. Galerie Art Circuit. Amsterdam. 1 9 9 6

COLLABORATIONS
Sam Voltolini Architectures (CH). NON-LIEU. Installation architecturale et dispositif audiovisuel interactif . 2010/2011
Damien Paul Gal (BE). Packaging & Conditionnement. Installation et dispositif audiovisuel. 2010

PUBLICATIONS
«Bathrooms & Manners», Edition. JANNINK, Jean-Paul Kauffman présenté par la Galerie Baudoin Lebon au mois de la photo. Paris. 2005. Cette participation à l’ouvrage collectif Bathroom Manners (éd. Jannink) fut l’occasion de confronter son travail sur la salle de bain à ceux d’Araki, Bettina Rheims, Bernard Plossu, Willy Ronis, Pierre & Gilles …

PARUTIONS // ISSUE
R & B mag (FR) – Atomica (CA) – www.paris-art.com – Young Blood (FR/UK) – Fashion Daily news – Marie Claire (JP) – Artenews (BE)

GALERIE

Read More

GEOFFROY TERRIER

GEOFFROY TERRIER

DEMARCHE

Ma démarche ou plus exactement ma ligne de conduite est un réseau graphique de type abstrait ou figuratif.

Le dessin est envisagé comme un spectre à définir par tous les moyens. L’évaluation de la définition est toujours vacillante. Le papier, la ligne sont des curseurs dans la définition possible du dessin.
La ligne de conduite suivie opère des va-et vient sans cesse entre un dessin figuratif (des corps, des bonhommes, un univers bédéiste?) et un dessin sculpté abolissant les frontières d’une définition stricte.

Employer le papier calque pour « dresser » un dessin. La modélisation d’objets par un système de rafistolage. Rapiècer, recoller les morceaux, le dessin au travers du calque est voué à être recyclé sans cesse. Lignes et hachures parcourent les sculptures tout en interrogeant le dessin.

Ainsi, un processus en découle : « cent papiers et davantage, l’acte consiste à tracer son chemin. Tourner autour… tenter de définir une forme, s’égarer. Se garder de la préciser. Couches après couches, la ligne s’oriente mais reste aussi à tourner autour du sujet. Ne pas trop serrer pour laisser la ligne s’échapper.

Le papier se plie, se froisse et grossit. Le matériau devient un dessin sculpté.
Compressé, pincé, replié, pressé, découpé…strates après strates, la ligne s’est redéfinie; elle ondule, serpente.

Et faire du dessin dans le papier; quelle vanité! »

PARCOURS
2001 Maîtrise d’Arts Plastiques, Université de Rennes II Haute-Bretagne, Rennes

Expositions personnelles
2010
« Faire des ronds dans l’eau », Galerie Crous Beaux Arts, Paris du 7 au 18 décembre.

Expositions collectives
2011
Lauréats et nominés du 28ème Rendez-vous des Jeunes Plasticiens Elstir, Centre d’art Sébastien, St Cyr-sur-mer
Biennale d’Issy, Musée de la carte à jouer, Issy les Moulineaux
28ème Rendez-vous des Jeunes Plasticiens, La Garde

2008|2009|2010
Le Petit Marché de l’Art, Galerie du Rayon Vert, Nantes

2008
Manufacture des Tabacs, Nantes
Café Le Bouffay, Nantes.

2006
Espace culturel Athanor, Guérande.

2005
Galerie Indigo, Jard-sur-mer.

2001
Festival « Libre-Echange », quartier Recouvrance, Brest.

GALERIE

Read More

JÉRÉMIE LENOIR

JÉRÉMIE LENOIR

DÉMARCHE

Né en 1983, Jérémie Lenoir est diplômé de l’Ecole Polytechnique de l’Université de Tours et de l’Ecole Supérieure d’Art et Design d’Orléans. Sans sujet propre, sans intention particulière visant à une représentation objective d’une « vérité » du paysage, les photographies de Jérémie Lenoir proposent un voyage singulier et sensible dans ce que Marc Augé nommait les « non lieux ». Profondément influencé par les artistes de la Kunstakademie de Düsseldorf et par les thématiques de Jurgen Nefzger, Raymond Depardon ou Thierry Girard, son travail tente une représentation du réel et sa transfiguration en tableaux.

[Site web de l’artiste]

PARCOURS

2011
Salon de Montrouge, Paris
«Miniature», POCTB, Orléans
«Entre Loire et Océane», Le Quai, Angers
Galerie Nicole Villeneuve, Chicago, US
«Nouvelle Donne», La Douve, Langeais
«Nouveaux regards», Galerie Dupon, Paris

2010
«Land», Noorderlicht Festival, Leeuwarden, Pays-Bas
FIIE en continu, Promenade Montand Paris
Festival International de l’Image Environnementale, Canal de la Villette, Paris
«Territoires Occupés», Les Douches La Galerie, Paris
Domaine de la Clapière, Montagnac
Festival Mai la photo, Pézenas, Hotel Flottes de Sebasan

2009
«Le pouvoir de voler», Musée Promenade, Marly-le-roi
«IDEA Cre@ctivity», Piaggio Museum, Pontedera, Italy

2008
«Sols, vie et vue de la Terre», Muséum d’Orléans, Orléans

PRIX ET BOURSES
10/2010 – Bourse Mécène et Loire
07/2010 – Brouillon d’un rêve image de la SCAM
06/2010 – DRAC Centre pour une residence d’artiste à Kuala Lumpur
06/2010 – Région Centre pour une residence d’artiste à Kuala Lumpur
03/2010 – Committed work aux Sony World Photography Awards
01/2010 – Sélection Nikon France

PUBLICATIONS
05/2011 – Géo rubrique « Grand Reporter »
05/2011 – Catalogue du 56ème salon de Montrouge
09/2010 – « Land », catalogue du Noorderlicht festival
07/2010 – Le Monde HS
03/2010 – IMAGES Magazine
03/2010 – Terra Eco
11/2009 – « Territoires occupés », monographie publiée chez LME

GALERIE

Read More

ELSA GUILLET

ELSA GUILLET

DEMARCHE

PARCOURS

GALERIE

Read More

CLAUDIA VIALARET

CLAUDIA VIALARET

DEMARCHE
Prendre le pli.
Torsion des silhouettes, plissement des regards, courbures de la pensée : le pli imprime sa marque sur la droiture de nos lignes.
Une photographie plasticienne qui s’articule autour d’un maître-mot, d’un maître-geste peut-être : le pli, avec les sillages et ravages qu’il abîme dans la rectitude d’une image. Insaisissable, sauvage, sculptant le relief d’un réel toujours fugace, le pli est ici capturé, dompté par l’objectif immobile, et gardé en otage entre les calmes limites d’une image. Là, dans le cadre droit qui tente d’en domestiquer l’excès, le pli expose toute sa force et ses sinuosités aléatoires : froissant les visages, brisant les angles, formant et déformant à loisir l’ondulation des fluides et des flammes, il substitue au relief familier une gravitation nouvelle.
De ces photographies contemporaines, le pli seul est l’auteur, ouvrant au cœur de nos visions et mythes un revers d’inconnu.
Ariane Mayer

PARCOURS
2011
Exposition personnelle. Centre Icare, Issy les Moulineaux
Exposition « Mon œil », Viry-Châtillon

2010
Biennale internationale de l’image, Nancy
Galerie Dialogos, Paris

2009
Galerie Dialogos, Paris
Foire de la photographie contemporaine « Révélation », Paris
Festival « Base-Art », Fréjus

2008
Galerie « Dialogos », Paris
Espace Dialogos, « Polymorphies », Cachan
« Printemps photographique de Cahors », Cahors
« Mon œil », Viry-Châtillon

2007
Galerie « Espace Dialogos », Cachan

2006
« Coup de cœur » à la Bourse du talent – Revue « Photographie »
« Allégorie du genre », Université de Nanterre
« L’art hors cadres », Centre culturel de Meudon
« Une œuvre pour un lieu », Banque CME, Versailles

2001
Galerie « Peinture fraîche », Paris

1995
Galerie Renaud Richebourg, Paris
Salon « Contemporaines », Paris

GALERIE

Read More

facebook marketing